Visit Brussels 2018 – Un voyage schtroumpfant

Par | le 12 juillet 2018 |

Les anniversaires se suivent mais ne se ressemblent pas. Après les 60 ans de Gaston Lagaffe en 2017, c’est au tour des célèbres petits lutins bleus créés par Pierre Culliford alias Peyo de fêter comme il se doit leur 60ème anniversaire. À cette occasion, Visit Brussels a invité les 7 et 8 juin derniers la presse, dont La Ribambulle, à la présentation d’un événement exceptionnelle et inédit : la Schtroumpf Experience. Plus qu’une exposition, c’est une immersion totale dans l’univers des Schtroumpfs. La Ribambulle vous schtroumpf son incroyable séjour mené par nos guides, conviviaux et disponibles, Gary, Pierre et Emmanuelle. Un séjour à Bruxelles qui nous a permis entre autres de découvrir les liens que les Schtroumpfs entretiennent avec Bruxelles.

LA SCHTROUMPF EXPERIENCE

Si on m’avait dit qu’un jour j’aurais l’occasion de vivre comme les Schtroumpfs, ne serait-ce que pour une journée… C’est ce que propose justement cette exposition unique en son genre qui fête de manière originale les 60 ans des petits lutins bleus. Cette exposition est à l’initiative de IMPS (Internationational Merchandising, Promotion & Services) la société exploitant les droits liés à l’univers des Schtroumpfs et produit et conçu par l’ASBL L’Usine à Bulles. Ensemble ils ont voulu créer un événement exceptionnel à la hauteur de l’œuvre de Peyo et de son héritage.
Préparez-vous à vous sentir haut comme trois pommes !

© La Ribambulle

La Schtroumpf Experience, c’est quoi ?

Le pitch : « Traversant une planche de BD géante, le visiteur pénètre au cœur d’une forêt magique jusqu’à atteindre le fameux village des Schtroumpfs. Il goûte à l’élixir magique dans la maison du Grand Schtroumpf et devient lui aussi un véritable Schtroumpf. Au loin, Gargamel prépare une machine infernale destinée à détruire le climat du village des Schtroumpfs – notre climat. Le visiteur affronte alors le danger d’une forêt enchantée, en évitant les pièges diaboliques qui mènent au repaire de l’infâme Gargamel. Il aura besoin de l’aide de tous les Schtroumpfs pour parvenir à capturer le méchant sorcier et mettre en pièces sa terrible invention. L’aventure se termine dans la liesse puisqu’il est invité à la fête du village où il apprend la danse des Schtroumpfs. »

Un programme schtroumpfant que le visiteur pourra vivre du 9 juin 2018 au 27 janvier 2019.

Accueillis par le Grand Schtrompf, l’exposition m’emmène dès les premiers pas dans une case de BD qui me plonge dans l’univers des Schtroumpfs, de la mystérieuse forêt à leur village en passant par le repère de l’infâme Gargamel. L’ambiance à la lumière et à la bande sonore très onirique me fait oublier l’endroit d’où je viens et m’immerge complètement, mon âme d’enfant m’accompagnant.

Pour Stéphane Uhoda, Président de L’Usine à Bulles, « le visiteur aura l’occasion d’expérimenter la vie d’un Schtroumpf en se mettant lui-même à la place d’un Schtroumpf. Grâce aux nouvelles technologies et aux arts vivants, le visiteur va pouvoir aussi avoir tous ses sens en éveil. ».
En effet, cette exposition est également une immersion 2.0 sous deux aspects.
D’abord, l’aspect technologique permet une interaction visuelle et auditive avec le visiteur. Par-ci par-là dans le décor, on peut apercevoir des Schtroumpfs animés sous forme d’hologrammes. L’un mange de la salsepareille, l’autre pousse une brouette de cailloux. Dans l’antre de Gargamel, le vidéo mapping permet des projections vidéo géantes sur bâches. Dans le village des Schtroumpfs, des tablettes permettent de visualiser leurs habitations et leur environnement grâce à la réalité augmentée. Cette technologie permet également avec un casque de réalité virtuelle d’emmener le visiteur dans un incroyable et époustouflant voyage à dos de cigogne. « Un vol saisissant de réalisme ! » commente le producteur Mario Lacampo.
Le deuxième aspect qui se dégage de ce merveilleux spectacle à taille de Schtroumpf est les Arts Vivants. Les interactions sont multiples tout au long du voyage. Des marionnettes de 120 cm représentant le Schtroumpf Grognon, le Schtroumpf Paresseux ou encore le Schtroumpf Farceur sont animées par des comédiens. D’autres animateurs proposent aux visiteurs de venir danser en compagnie des Schtroumpfs. Ces manifestations amènent à une réaction naturelle et spontanée du public, petits et grands, curieux et très content de rencontrer un Schtroumpf.

Les Schtroumpfs, Ambassadeurs de valeurs universelles

Les Schtroumpfs, c’est avant tout un mode de vie et une façon d’être. Apparus pour la première fois en 1958 dans un album de la série Johan et Pirlouit, La flûte à six schtroumpfs, les Schtroumpfs ont par la suite eu leurs propres aventures. Peyo y incorpore au fil des albums, leurs différences, leurs caractères, ce qui font d’eux des êtres uniques. Ils sont honnêtes, courageux, tolérants, solidaires, généreux. Véronique Culliford, fille de Peyo et Présidente de IMPS, nous explique en quoi ces valeurs font le succès des Schtroumpfs : « Ces valeurs sont universelles et fédératrices. Leur environnement est très spécifique : c’est un village, c’est une grande famille, une grande communauté. C’est le rêve pour les parents de vivre dans un monde comme celui-ci. C’est un exemple pour les enfants. Et tout particulièrement l’entraide entre les Schtroumpfs. On ne laisse jamais un Schtroumpf derrière, on s’occupe de tout le monde. Ce sont vraiment des valeurs que les Schtroumpfs défendent. ».

En 2016, les Schtroumpfs ont été choisis par l’Organisation des Nations Unis (ONU) pour devenir les ambassadeurs des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) adoptés en 2015 par 195 pays. Ces ODD comprennent 3 objectifs généraux à réaliser d’ici 2030 : éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous. Ces troid fils rouges sont à retrouver dans la Schtroumpf Experience à travers 17 objets représentant ces ODD : une brouette pour illustrer la vie terrestre, un fil à linge pour l’égalité des genres, des chaînes avec un boulet pour la paix, justice et institutions efficaces, une bougie pour l’énergie propre et des coûts abordables, etc. Un dossier pédagogique est également à disposition du public scolaire qui pourra être sensibilisé aux défis d’aujourd’hui et préparer un monde meilleur pour « demain ».

La Schtroumpfs Experience, et après ?

Durant 7 mois, cette exposition d’un nouveau genre accueillera les visiteurs pour ensuite débuter une tournée internationale de 5 ans. La conception a été pensée de telle sorte que l’exposition interactive et ludique soit à la portée de tout type de public à travers le monde. Une bonne manière de partager les valeurs des Schtroumpfs dans le monde entier et de toucher les petits comme les grands enfants.

Pour prolonger votre expérience schtroumpfesque, vous pourrez retrouver les Schtroumpfs :
– en avion puisqu’un des Airbus A320 de Brussels Airlines vole aux couleurs des Schtroumpfs ;
– devant la boule des enfants à l’Atomium, sous forme d’un dessin réalisé par le studio qui réalise les albums des Schtroumpfs à l’occasion des 60 ans de l’Atomium ;
– au Centre Wallonie-Bruxelles de Paris (en face de Beaubourg), l’Expo Peyo est consacrée au parcours de ce maître du 9ème art. Jusqu’au 28 octobre 2018 ;
– sous forme d’une nouvelle fresque BD inaugurée le 19 juin 2018. Elle se trouve près de la Gare Centrale de Bruxelles, juste à côté du Hilton Brussels Grand-Place. Petit conseil : levé la tête… ;
– en tant que mascotte au meeting d’athlétisme Mémorial Van Damme le 31 août ;
– en septembre où ils seront en compagnie d’Alix (qui fêtera ses 70 ans) les hôtes de marques de la 9ème Fête de la BD de Bruxelles ;
– en octobre pour la parution d’un livre patrimonial sur l’œuvre de Peyo.

Après avoir exploré toutes les cases de cette incroyable exposition, j’arrive à la boutique de l’exposition avant de revenir à la case « réalité ». Là m’attend un Walking Lunch avec entre autres des beignets à tête de Schtroumpfs ! J’ai pas envie de croquer un schtroumpf, mais cette évènement donne un petit creux.

Il était temps après cette première matinée des plus riches, de continuer dans les fortes émotions. Le séjour continue donc par un passage aux Éditions Le Lombard et sa célèbre enseigne Tintin et Milou. Une photo de groupe avec les journalistes présents était organisée. Un moment très excitant et émouvant pour l’amateur de bandes dessinées que je suis. Un passage incontournable devant le Building Tintin et son enseigne, classé monument historique, quand on est de passage à Bruxelles.

© La Ribambulle

TURPITOUR
« Découvrez Bruxelles par ses travers »

L’après-midi continue avec ce que je pensais être une visite de Bruxelles dans un bus touristique. Tout ce qu’il y a de plus normal. Je me trompais. Ce que nous propose ce bus d’une autre dimension touristique sort de l’ordinaire. Nous embarquons pour un tour dont nous n’avions aucune conscience de la portée humoristique et satirique.

© Turpitour

Nous découvrons donc Bruxelles, ses lieux et monuments historiques et ses quartiers à travers des anecdotes savoureuses. Étrangetés historiques, absurdités politiques, aberrations urbaines, magouilles et scandales, cette visite guidée est conçue comme un spectacle accompagné d’effets sonores, de chansons parodiques et satiriques et d’imitations célèbres. Un véritable show que mettent en scène notre guide Jean-Michel et son chauffeur Bernard.

À la fois guide et comédien, les deux compères n’hésitent pas à toucher là où ça fait mal et à dénoncer les « Olibrius », « Ripoux » et autres « Pignoufs » qui ont « des comportements parfois Abracadabrants, sont les rois des Entourloupes et sont la cause des Micmacs. ».

Ce fut finalement un excellent moment de 1h30 passé à découvrir la ville de Bruxelles et ses alentours, sous un regard neuf et original, avec un parti pris assumé et populaire. En effet, depuis leur début en février 2018, le Turpitour a fêté son 1000ème visiteur seulement après 2 mois et demi d’existence ! Un succès mérité et délirant.

Le MOOF (Museum Of Original Figurines), le musée de la BD en 3D

© La Ribambulle

La fin de journée approchait. Une dernière visite était proposée pour les journalistes qui le souhaitaient. Direction donc au MOOF, Museum of Original Figurine. Ce musée est un lieu à la fois de tentation suprême et de plaisir des yeux. Il vous propose de découvrir plus de 1000 figurines exposés sur une collection de 3500 pièces, dans 1300 m² d’exposition ! Une collection unique qui émerveillera sans aucun doute petits et grands.
Tintin, Spirou et Fantasio, Gaston Lagaffe, Marsupilami, Johan et Pirlouit, Astérix et Obélix, Lucky Luke, Blake et Mortimer, Lanfeust, Atalante, Blacksad, Sanbre, Soda, Gil Jourdan, Thorgal, Largo Winch, XIII, Corto Maltesse, Alix, L’Agent 212, Rocky, Théodore Poussin, Jeannette Pointu, Monsieur Choc, Scorpion, Pin-Up, Natacha, Le Chat de Geluck, Yakari et même des figurines de super-héros tels que Batman, Superman, Wonderwoman, Spiderman, Captain America, etc. Tous les genres sont représentés, des mangas aux comics américains, des BD flamandes aux BD franco-belges.
Les espaces qui leur sont consacrés sont méticuleusement misent en scène pour se rapprocher le plus fidèlement possible de l’univers de chaque bande dessinée, rien n’est laissé au hasard. Les décors sont réalisés par de jeunes artistes et étudiants bruxellois et c’est très réussi !

Les Schtroumpfs sont également de la partie puisqu’un espace leur est consacré. Sous le regard menaçant du cracoucass, je découvre le village des Schtrompfs reconstitué. Ils font de la musique et chantent, font des gateaux, offrent des cadeaux, travaillent au barrage, etc. sous le regard bienveillant du Grand Schtroumpf. Ailleurs, des vitrines exposent des figurines de Schtroumpfs, dont une géante multicolore, en compagnies de Johan et Pirlouit, leurs premiers « copains » d’aventure, de l’enchanteur Omnibus ou de l’horrible chat de Gargamel, Azraël. Des planches de BD, des photos de Peyo, des dessins préparatoires pour les films et une vidéo The Smurfs in America complètent cet espace superbement fournis (comme les autres, d’ailleurs !).

La vidéo The Smurfs in America n’est pas la seule vidéo que le visiteur pourra (re)voir puisqu’un épisode animé Johan et Pirlouit est projeté sur un écran dans l’espace consacré aux Studios de dessins animés Belvision. Un très bel espace qui raconte l’histoire et les réalisations du Studio et expose des matériels techniques originaux de 1960. Les Studios Belvision ont été fondés par Raymond Leblanc, comme le journal Tintin d’ailleurs. Créée en 2006 afin de valoriser, rassembler et conserver l’ensemble de son patrimoine culturel, la Fondation Raymond Leblanc a intégré dans le MOOF des espaces dédiés à ses réalisations. C’est également un bel hommage qui est consacré à cet homme qui fut important dans le monde du 9ème art.

La journée se termine par un dîner des plus intéressant et mouvementé. Au son régulier et agréable des verres qui s’entrechoquent, « Diling » « Diling », nous parcourons pendant deux heures Bruxelles à bord du Tram Experience, un tramway restaurant. Le menu est fin et raffiné. Il est signé par un grand chef étoilé, Loïc Villers, qui a travaillé entre autres avec Paul Bocuse et a cuisiné pour des célébrités tels que Isabelle Adjani et Jean Reno. Ce fut un moment agréable après une belle journée.

Les Fresques murales de la promenade BD

Le second jour de ce périple à Bruxelles commence avec une marche matinale. Ce n’est pas n’importe quelle marche puisque, accompagnés de notre guide spécial pour l’occasion, Didier Rochette de Itinéraires, nous allons à la rencontre des fresques de nos héros de bandes dessinées préférés disséminées un peu partout dans la ville. Depuis 25 ans, ces fresques devenues une institution culturelle envahissent les murs de Bruxelles, pour l’intérêt général puisqu’elles servaient au départ à lutter contre la pollution visuelle des grandes affiches publicitaires. Notre balade s’est concentrée principalement dans le quartier des Marolles, passant par le célèbre Marché aux Puces des Marolles pour rejoindre le Centre Belge de la Bande Dessinée qui était notre prochaine destination…
Le Marché aux Puces des Marolles est d’ailleurs le décor d’une fresque du Spirou et Fantasio de Yoann et Velhmann qui ont pris le soin de faire apparaître certains anciens auteurs de Spirou. À vous de les trouver…

La plupart des fresques s’intègrent parfaitement à l’environnement et jouent avec celui-ci. C’est le cas par exemple Rue des Capucins avec Odilon Verjus. On peut y apercevoir une représentation d’une partie du Palais de Justice de Bruxelles. Si l’on se place à un endroit précis dans la rue, la partie de ce bâtiment classé monument historique rejoint parfaitement la partie réelle que l’ont peut remarquer à l’horizon. Dans la même rue, Léonard est en train de peindre le même bâtiment d’après ce qu’il voit au loin. Ailleurs, Quick et Flupke montent un mur, Rue Notre-Seigneur, et renversent un seau de ciment qui risque bien de tomber sur une personne.

Ce sont 60 fresques qui vous attendent, pour jouer, pour apprendre car elles ont également une portée historique puisqu’elles racontent une histoire que les auteurs transmettent à travers leurs personnages et leurs BD. Sur le chemin, soyez attentifs aux plaques de nom de rue qui, comme leurs cousines fresques, se mettent à la case BD.

>© La Ribambulle

À noter que chaque année, de nouvelles fresques sont inaugurées. C’est au tour des Schtroumpfs à l’occasion de leur 60 ans, puisque dès le 19 juin vous pourrez la voir près de la Gare Centrale de Bruxelles, juste à côté du Hilton Brussels Grand-Place.
Notre tour se termine au pied de la statue de Gaston Lagaffe accompagné de son chat. Un excellent repère car à partir de là, il n’y a plus que quelques marches qui nous séparent du CBBD.

© La Ribambulle

Le Centre Belge de la Bande Dessinée (CBBD)

Accueillis par une hôtesse de marque qui n’est autre que la célèbre hôtesse de l’air de Walthéry, Natacha, je découvre à l’intérieur un magnifique hall. Lucky Luke fait une petite halte pour que Jolly Jumper puisse s’abreuver, Boule et Bill gardent la 2 CV pendant que ses parents flânent probablement dans le musée, un Schtroumpf se cache dans un coin pour nous surprendre (c’est sûrement le Schtroumpf farceur !…), la fusée de Tintin nous attend pour qu’on puisse décoller dans ce temple du 9ème art. Tout cela dans un cadre magnifique et exceptionnel style Art Nouveau. Conçu par Victor Horta en 1906, le bâtiment fut réaménagé dans les années 80 pour accueillir le CBBD qui ouvrit au public en 1989.

« Panorama de la BD chinoise »
jusqu’au 9 septembre 2018 au CBBD

L’exposition que le co-commissaire JC de la Royère nous propose de visiter est une mise en valeur et une découverte de la bande dessinée chinoise s’exprimant par des arts multiples et variés tels que la calligraphie, des légendes illustrées et le manga. Cette exposition a pu être conçue grâce à la participation des autorités chinoises représentées par China Arts and Entertainment Group et la co-commissaire chinoise Luo Yiping. Selon elle, « l’exposition propose des bandes dessinées merveilleuses en montrant aux spectateurs européens le processus de développement des bandes dessinées chinoises à partir du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui, et l’histoire des Chinois évoquée par ces bandes dessinées. »
Ainsi, le visiteur pourra grâce à ce panorama global rencontrer le tout premier héros récurrent de la BD chinois, Monsieur Wang, apparu en 1929, année de création de Tintin, ainsi que San Mao, personnage chinois le plus connu, créé en 1935, année de la publication des aventures de Tintin en Chine, Le Lotus bleu ! Il pourra également se rendre compte de l’importance de l’ouverture de la Chine au monde à l’aube du XXIe siècle qui a permis l’essor de nouveaux auteurs sensibles au BD européennes, américaines et japonaises.
C’est une exposition enrichissante et éclairante qui répondra à sa problématique principale : Que lisent les Chinois ? Lisent-ils des bandes dessinées ? Cet art est-il aussi populaire à Beijing qu’à Bruxelles ?

Après cette belle découverte chinoise, l’aventure CBBD s’arrête malheureusement là, n’ayant pas assez de temps pour apprécier toute les expositions actuelles car la dernière étape du séjour nous attend.

Galerie Comic Art Factory

Une nouvelle galerie dédiée au 9ème art s’est ouverte à Bruxelles. Auparavant galerie virtuelle créée en 2014, Frédéric Lorge décide en avril 2018 de se lancer et d’ouvrir une galerie physique située Chausse de Wavre 237. Ce passionné propose à l’année diverses expositions-ventes d’originaux d’auteurs de bandes dessinées. Des franco-belges aux américaines, il y en a pour tous les passionnés.
Actuellement et jusqu’au 15 juillet, la galerie expose les originaux de deux BD Héroïc Fantaisy, Les Forêts d’Opales de Cédric Fernandez et La Geste des Chevaliers Dragons, Tome 26 de Thibaud de Rochebrune.
Les magnifiques originaux présents dans la galerie de Frédéric Lorge témoignent d’un gage de confiance certain de la part des auteurs et l’importance des galeries d’art aujourd’hui.
Pour en savoir plus sur l’expo-vente actuelle, je vous propose de cliquer ici.

© La Ribambulle

The End.

Ponctué de surprises, de rencontres, de découvertes et de première fois, ce court séjour a été intense. Il y a tellement à voir surtout pour un bédéphile inconditionnel que forcément il faut prévoir plusieurs voyages à Bruxelles dans sa vie. Rome ne s’est pas faite en un jour comme on dit. La Ribambulle et moi-même souhaitons remercier encore une fois Visit Brussels pour l’invitation qui nous a permis de vous faire vivre cet événement ainsi que pour leur disponibilité et leur convivialité. Nos remerciements vont également vers les institutions, les guides, les acteurs touristiques pour leur accueil chaleureux et leur disponibilité. À très bientôt à Brussels !

Liens utiles :

Visit Brussels – Rue Royale 2-4 – 1000 Bruxelles
Tél. : +32 (0)1 513 89 40
Site : https://visit.brussels/fr

La Schtroumpf Experience – Brussels Expo – Palais 4 – Place de Belgique – 1020 Bruxelles
Site : http://www.smurfexperience.com/

Turpitour
Réservation : 0498 90 41 62
Site : http://www.turpitour.be/

MOOF – 116 rue marché aux Herbes – 1000 Bruxelles
Tél. : +32(0)2 207 79 92
Site : http://moofmuseum.be/?lang=fr

Tram Experience
Site : https://visit.brussels/fr/sites/tramexperience

Centre Belge de la Bande Dessinée – 20 rue des Sables – 1000 Bru
Tél. : +32 (0)2 513 89 40
Site : https://www.cbbd.be/fr/accueil

Galerie Comic Art Factory
Tél. : +32 485 98 56 18
Site : http://www.comicartfactory.com/

Geoffray Girard

Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags

Description de l'auteur

Pas de réponses à “Visit Brussels 2018 – Un voyage schtroumpfant”

Répondre