Une journée avec Batem

BatemCertes, à propos de Batem, il s’agit vraiment d’une belle histoire de rencontre. On pourrait presque commencer par « Il était une fois… ». Une drôle de fois, tout de même. Quand il a été question de diffuser un film sur l’adaptation BD en général, il fût tout naturel de proposer Sur la piste du Marsupilami.

Mais comment approcher et faire venir le dessinateur de cette « bestiole », dont on dit d’elle qu’elle « n’existe pô, mais qu’elle n’existe… » ? C’était sans compter sur la gentillesse et l’immense générosité du grand monsieur. Après quelques brèves rencontres, Batem accepta de venir nous rendre une petite visite lors de la 4e édition du festival Adaptations à Cholet.

Récit d’une rencontre « Marathon ».

Le programme de la  journée du 2 avril était bien rempli : entre les interviews, la rencontre à la Médiathèque, les dédicaces et la présentation du film, l’emploi du temps était bien chargé.

Et puis, la logistique…

Batem

2016 © Joël Leroy

On n’improvise pas un déplacement de 48 heures depuis la Belgique, alors quand Batem appela le vendredi 1er avril pour nous avertir que le train avait du retard, personne ne s’y trompa, ce n’était pas un poisson… Heureusement, avec la souplesse et l’humour de notre invité, tout rentra rapidement dans l’ordre, et ce fût avec une immense joie que nous nous retrouvâmes sur le quai de la gare d’Angers, non sans une certaine émotion. Après avoir déposé ses bagages à l’hôtel, Batem eût le plaisir de découvrir la vitrine que la librairie « Le Passage Culturel » lui avait dédié.

Le lendemain matin, rendez-vous à l’hôtel devant un petit café pour une présentation de la journée.

Déjà, notre talentueux et sympathique personnage tenait son stylo en main pour finir une magnifique dédicace qu’il avait promis à un de ses admirateurs.

Direction la Médiathèque Municipale où l’équipe l’attendait pour une sympathique rencontre avec son public. Là, devant une assemblée curieuse de rencontrer le repreneur d’André Franquin, Batem se livra au jeu des questions réponses.

Morceaux choisis :

« André Franquin vous a-t-il « confié » comment il a eu l’idée de la création d’un tel personnage ? »

« Était-ce quelque chose qu’il avait mûri de longue date, où s’est-il laissé embarquer par le succès de la série Spirou et Fantasio ? »

Interview Batem

2016 © Joël Leroy

Et là, Batem nous raconta d’une manière très visuelle, presque théâtrale, comment André Franquin eût l’idée de la création du Marsupilami :

« Inspiré par le Pilou-Pilou de Segar (le créateur de Popeye), il trouva judicieux que ce petit animal doué d’une force hors-norme fasse l’objet de la troisième épreuve dans l’album Spirou et les héritiers. Ensuite, lorsqu’il habitait chez Gillain, il arrivait à André de prendre le tram pour aller à Bruxelles. Le poinçonneur du tram de l’époque était un quelqu’un de très actif : il devait délivrer les billets, ouvrir et fermer les portes, donner des signaux de départ et d’arrivée… Et un jour, il lui a semblé amusant de l’équiper d’un membre supplémentaire pour s’acquitter de ses différentes obligations : il l’a donc affublé d’une sorte de queue avec laquelle il pourrait s’acquitter d’une quantité de tâches.

L’idée d’assembler les deux vînt naturellement, le Marsupilami était né.

Après le succès de l’album, les lecteurs de Spirou demandèrent le retour de celui qui se faisait appeler « l’animal magique ». Par la suite, André Franquin prît beaucoup de plaisir à donner de nouvelles caractéristiques à son personnage. Il le fît devenir amphibie, entre autres. Également, il lui donna la faculté de répéter quelques mots, mais ce fût quelque chose que je ne voulus pas exploiter dans les albums dont je pris la charge. ».

Lorsqu’on envisage une interview, une intervention, on prépare à l’avance une série de questions à laquelle l’auteur répond souvent d’une manière « rythmée ». Ainsi, nous pouvons donc  les enchaîner les unes derrière les autres, selon la liste préalable. En ce qui concerne Batem, cela n’était pas nécessaire. Il a suffi de lancer la première question pour « lancer » notre interlocuteur. C’est avec un sourire amusé, teinté d’une émotion certaine, que l’assemblée présente lors de ce moment d’exception a écouté les anecdotes vécues de la vie d’André Franquin, géant de la Bande Dessinée.

Rare était ce moment où l’on pût se faire raconter la carrière de ce petit animal devenu universel. Véritable « showman », Batem nous raconta également avec énormément d’humour la manière dont il reprit avec succès la série indépendante. Après deux heures d’allocution, amusés du talent de narrateur de notre ami, nous nous sommes quittés à regret pour nous diriger (après un déjeuner, toutefois…) vers la traditionnelle séance de dédicaces.

Dédicaces avec Batem

2016 © Joël Leroy

Là, durant toute l’après-midi, Batem se donna à l’exercice qu’il connaît par cœur. C’est vraiment un réel bonheur de voir avec quel plaisir ce grand monsieur de la BD développe l’art de la rencontre avec les personnes.

Certes, l’attente est ce qu’elle est, mais jamais on ne regrette ce moment d’échange. Batem prend vraiment soin de chaque personne en face de lui. On voit, on ressent ce plaisir qu’il prend à discuter avec les gens, individuellement. Les enfants ont les yeux qui pétillent lorsqu’il prend le temps nécessaire pour leur faire un dessin personnalisé. Tour à tour facétieux, complice ou taquin, ce fût vraiment un plaisir de voir le personnage sortir du stylo.

Merci beaucoup, Monsieur Batem, pour ce grand moment. Quelle belle leçon de sensibilité, et quel regret de vous voir repartir si vite le dimanche matin. Passer un (court) week-end en votre compagnie fût quelque chose d’inoubliable, parsemé de petites anecdotes qui resteront longtemps dans nos mémoires.

© Marsu Prod

Houba Hop ! Que le talent soit avec vous.

Remerciements à la librairie Le Passage Culturel, à la Médiathèque Municipale de Cholet, au Cinémovida de Cholet  et à toute l’équipe du festival Adaptations, sans qui cet événement n’aurait pas pu avoir lieu.

Joël Leroy

Tags

Description de l'auteur

Une réponse to “Une journée avec Batem”

  1. 26 avril 2016

    sophie Répondre

    Beau résumé ! c’était chouette, en effet…

Répondre