Pandora, la nouvelle revue proposée par les éditions Casterman

Couverture Pandora #1 © Bastien Vivès/Casterman

Dans le secteur de la revue spécialisée BD qui est un peu morose ces derniers temps, les éditions Casterman créent une espèce de révolution avec le premier numéro de Pandora. Pourquoi ? Ouvrons la Boite pour découvrir le concept proposé, voulez-vous ? Tout d’abord, il s’agit d’une revue protéiforme qui se présente sous la forme d’un recueil de «short stories» où tous types de sujets sont abordés avec une seule limite, celle de la brièveté. Les auteurs y participant sont connus ou en devenir, reconnus, de tous bords graphiques et des quatre coins du globe. Le but de Pandora est de stimuler l’imagination des lecteurs ainsi que celle de ces dessinateurs et scénaristes qui peuvent proposer des uchronies, des adaptations littéraires, des relectures d’œuvres, des inventions et bien d’autres choses encore. Ce collectif voulu et dirigé par Benoît Mouchart – Directeur éditorial aux éditions Casterman – se veut sans appareil critique, ni journalistique et destiné à toucher un large public. Celui-ci va des connaisseurs aux néophytes curieux d’histoires et de dessins en passant par les fans de cinéma ou de séries télévisées. Cette première mouture est riche de deux-cent-soixante-quatre pages de bandes dessinées et rassemblent donc des récits créés exclusivement pour Pandora par des artistes du monde entier.

La mise en bouche est tout simplement jouissive car Katsuhiro Otomo – le créateur d’Akira et Grand prix du Festival d’Angoulême 2015 – ouvre le bal avec une histoire de science-fiction troublante. Á ses côtés, vous retrouverez Géraldine Bindi & Christian Rossi, Blutch, Michel Pirus, Jean-Louis Tripp, Gilles Dal & Johan De Moor (dont l’histoire Le résumé vous est proposée en lecture dans cet article), Claudio Piersanti & Lorenzo Mattotti, Brigitte Fontaine & Olivia Clavel, Alfred, Anthony Pastor, Florence Dupré La Tour, Jean-Claude Götting, Aapo Rapi, Valérie Mangin & Ronan Toulhoat & Denis Bajram, Eleanor Davis, François Ravard, Jean-Luc Coatalem & Jacques de Loustal, Fabio Viscogliosi, Killofer, Brecht Evens, Matz & Manuele Fior, Matthias Lehmann, Jean Harambat, Art Spiegelman, Jean-Christophe Menu, Ville Ranta, Bastien Vivès (qui signe la couverture) et David Prudhomme (qui réalise les deuxième et troisième de couverture). Un éclectisme de style et de genre qui s’enchaine avec bonheur tout en vous bousculant à chaque histoire. Après (Á suivre), Casterman se lance donc dans une aventure ambitieuse et novatrice qui ne manquera pas d’atteindre ses cibles. Et ce premier volet – de très grande qualité – laisse augurer une suite heureuse à ce projet qui est des plus attractifs. Il y a des exigences esthétiques certaines mais elles n’entravent en rien le renouveau voulu par ce biais de la bande dessinée.

Pandora, une diversité globale d’une immense richesse au service d’une expérience de lecture incomparable ! Rendez-vous le 24 septembre 2016 pour le deuxième numéro.

ribfrancobelgeTitre : Tome 1
Scénaristes – Dessinateurs – Coloristes : Collectif
Éditeur : Casterman
Parution : 13 Avril 2016
Prix : 18€


Stéphane Girardot

Tags

Description de l'auteur

Rédacteur / Secrétaire / Community Manager

Une réponse to “Pandora, la nouvelle revue proposée par les éditions Casterman”

  1. […] à cette chronique, notez que ceux qui ont eu le nez de lire le premier numéro du magazine Pandora ont déjà eu avant-goût de cet ouvrage car les pages 11 à 29 d’Extases y ont été publiées […]

Répondre